Les témoignages : ils s'en sont sortis !

Fabrice

"Ma plus grande satisfaction, c'est de renouer avec ma famille, les frères et sœurs."

Emmanuelle

"Le début de mon alcoolisme, c'est quand j'étais adolescente. Je devais avoir environ 16 ans."

Serge

"Ma plus grande satisfaction, c'est de voir mes enfants qui reviennent vers moi.
On arrive à plaisanter, alors qu'avant c'était vraiment très dur."

LaurenceFondatrice de l'association H3D

"Mon entrée dans cette maladie de l'alcoolisme s'est faite de manière très silencieuse."

Loretta

"Je ne buvais absolument rien jusqu'à mes 35 ans. Mais j'avais une très forte sensibilité."

Les conseils des médecins

Docteur Batel, addictologue Regard et conseil de l'addictologue

"On reconnaît qu'une consommation devient inadaptée quand on ne peut plus la planifier."

Docteur Castera, médecin généraliste Regard et conseil du médecin généraliste

"Il faut que les patients aient bien conscience qu'ils ne seront pas jugés par leur médecin, et qu'au contraire on est là pour les aider. Les solutions sont multiples et elles seront personnalisées."

Découvrez d'autres contenus

Maladie

Ramenons tout d’abord la dépendance à l’alcool à son juste statut :

La dépendance à l’alcool est une maladie. Ce n’est pas une faiblesse humaine comme on l’entend trop souvent. Il s’agit véritablement d’une maladie aux multiples facteurs.

Dépistage

À quantités égales absorbés, les organismes des uns et des autres réagiront de façons différentes.

Les quantités d’alcool consommées à partir desquelles les risques sur l’organisme sont réels sont bien identifiées.

La prise en charge

Il faut commencer par en parler à son médecin, il n’y a aucune raison d’avoir peur et encore moins d’avoir honte. Il existe deux grands axes possible de traitement, la réduction de votre consommation ou le sevrage, il faut trouver celle qui vous convient le mieux.

Vrai / Faux

Retrouvez toutes les idées reçues sur la dépendance à l’alcool