Sommes-nous tous égaux devant l’alcool ?

Equivalence des quantités consommées suivant les boissons et les contenants

Equivalence des quantités consommées suivant les boissons et les contenantsEquivalence des quantités consommées suivant les boissons et les contenants

À quantités égales absorbés, les organismes des uns et des autres réagiront de façons différentes.

Les quantités d’alcool consommées à partir desquelles les risques sur l’organisme sont réels sont bien identifiées.

 

Nous ne sommes pas non plus égaux face au risque de dépendance...

Schéma du cerveau et de la zone de production de la dopamine

D’après Volkow, 2002
Volkow ND. et al. Effects of alcohol detoxification on dopamine Deceptors in alcoholics: a preliminary study. Psychiatry Research: Neuroimaging. 2002.116:163-172

La dépendance à l’alcool est une maladie chronique

Critères diagnostiques CIM10

  • Tolérance accrue
  • Syndrome de sevrage en cas de diminution ou arrêt de consommation
  • Persistance de la consommation malgrè les conséquences et les conseils
  • Obsession vis-à-vis de l’alccol
  • Consommation incontrôlable
  • Désir puissant ou compulsif de consommer de l’alcool

WHO International Guide for Monitoring Alcohol Consumption and Related Harm 2000

Nous sommes tous des sujets à risques... Comment la vie de Stéphanie a basculé

Stéphanie 41 ans

Exemple de cas patient

29 ans 32 ans 35 ans 41 ans
Aîné - 10 ans Enfants de 6, 9 et 18 ans
Diététicienne Déménagement de Paris à Brest Dépression, tabac Chômage, problèmes de couple, fatigue, chutes (bleus), tabac (2 paquets)
Evaluation de la consommation d'alcool Alcool récréatif Apéritif le soir Consommation d'alcool qui s'amplifie Consommation d'alcool qui s'amplifie : 2 bouteilles de vin par jour
Evaluation de la dépendance à l'alcool Besoin irrépressible de boire, consommation continue sur la soirée. Prévoit la quantité d'alcool Suivi psychiatrique pour dépression Refuse une cure pour ne pas être éloignée de ses enfants Consommation de 18h à 2h du matin : recherche d'alcool, mal-être, mauvaise estime de soi, perte de confiance, problèmes cutanés, état financier difficile

Où en êtes-vous avec l'alcool ? Faites le test !

Risque de dépendance à l'alcool

Question 1

Quelle est la fréquence de votre consommation d’alcool ?

 
 
 
 
 
Question 2

Combien de verres consommez-vous un jour typique où vous buvez ?

 
 
 
 
 
Question 3

Avec quelle fréquence buvez-vous six verres ou davantage lors d’une seule occasion ?

 
 
 
 
 
Question 4

Au cours de l’année écoulée, combien de fois avez-vous constaté que vous n’étiez plus capable de vous arrêter de boire une fois que vous aviez commencé ?

 
 
 
 
 
Question 5

Au cours de l’année écoulée, combien de fois votre consommation d’alcool vous a-t-elle empêché de faire ce qui était normalement attendu de vous ?

 
 
 
 
 
Question 6

Au cours de l’année écoulée, combien de fois avez-vous eu besoin d’un premier verre le matin pour pouvoir démarrer après avoir beaucoup bu la veille ?

 
 
 
 
 
Question 7

Au cours de l’année écoulée, combien de fois avez-vous eu un sentiment de culpabilité ou des remords après avoir bu ?

 
 
 
 
 
Question 8

Au cours de l’année écoulée, combien de fois avez-vous été incapable de vous rappeler ce qui s’était passé la soirée précédente parce que vous aviez bu ?

 
 
 
 
 
Question 9

Avez-vous été blessé ou quelqu’un d’autre a-t-il été blessé parce que vous aviez bu ?

 
 
 
Question 10

Un parent, un ami, un médecin ou un autre soignant s’est-il inquiété de votre consommation d’alcool ou a-t-il suggéré que vous la réduisiez ?

 
 
 

Les conséquences sur mon quotidien

Verre après verre, l’alcool peut finir par prendre beaucoup trop de place dans votre vie. Cela se reconnait à différents signes, par exemple, un désir persistant et des efforts infructueux pour réduire ou arrêter sa consommation. L’alcool vous isole progressivement de vos proches, de vos enfants, de vos collègues. ²

1 . WHO. The Alcohol Use Disorders Identification Test. 2001 2 . Mini DSM-IV - Critères diagnostiques. Edition Masson. Août 2009

Vraies et fausses idées sur la dépendance à l'alcool

Faux

Une personne n'est dépendante à l'alcool que si elle boit tous les jours

La dépendance à l’alcool n’implique pas que la consommation d’alcool soit quotidienne, ni qu’elle dépasse une certaine quantité : elle signifie qu’il est devenu impossible de maîtriser la consommation du produit (voir encadré) (2,4,5). De fait, il n’est pas rare que des personnes ayant une véritable dépendance à l’alcool déclarent ne boire que de façon intermittente (6).

Le saviez-vous ?

En France, on estime à 5 millions le nombre de personnes ayant des difficultés avec l’alcool et à 2 millions le nombre de personnes qui en sont dépendantes (1).

Perte de la maîtrise de la consommation d’alcool : comment se manifeste-t-elle ? (2, 5)

Quand une personne a perdu la maîtrise de sa consommation d’alcool, elle présente, habituellement de façon simultanée, au moins 3 des symptômes suivants :

  • un désir de boire de l’alcool impossible à surmonter ;
  • des difficultés à contrôler le début et la fin de la consommation d’alcool, ainsi que la quantité consommée ;
  • des symptômes gênants lors de l’arrêt ou de la diminution de la consommation (syndrome de sevrage) ;
  • un besoin de consommer des quantités d’alcool de plus en plus importantes ;
  • une obsession vis-à-vis de l’alcool au point d’abandonner d’autres sources d’intérêt ou de plaisir ;
  • une poursuite de la consommation malgré l’existence de conséquences problématiques (par exemple une maladie du foie ou une dépression liées à l’alcool).

1. Institut national de la santé et de la recherche médicale. Expertise collective. Alcool : dommages sociaux, abus et dépendance. 2003. Rapport. Paris : Les éditions Inserm, 2003;XXII:536p. (Expertise collective). http://hdl.handle. net/10608/154
2. Haute Autorité de santé. Outil d’aide au repérage précoce et intervention brève : alcool, cannabis, tabac chez l’adulte. Rapport d’élaboration, novembre 2014.
4. Paille F. Évaluation pratique de la consommation d’alcool. Classifications et définitions des conduites d’alcoolisation. Gastroenterol Clin Biol 2002;26 (Suppl.5):B141-8.
5. Société française d’alcoologie, Association nationale de prévention en alcoologie
et addictologie, European Federation of Addiction Societies. Recommandations de bonne pratique. Mésusage de l’alcool : dépistage, diagnostic et traitement. Alcoologie et Addictologie 2015;37:5-84.
6. Batel P. Évolution des modes d’alcoolisation. Rev Prat 2011;61:1364-8.

Voir toutes les idées